• Zoé

Notre voyage de noce : le Québec en plein hiver


Si vous connaissez bien le blog, vous avez déjà dû suivre nos aventures au Québec à l'été indien en 2019.


Moins de 3 ans après, nous voilà de retour au pays des Caribous pour une expérience incroyable ! Et tout ça grâce... A un concours Facebook !


Je vous explique tout.


Après notre mariage en août 2021, nous avions décidé de laisser passer 2 ou 3 ans avant d'organiser notre voyage de noces, pour prévoir tranquillement ce dont on rêvait (secret défense).


Mais au mois d'octobre, Air France et l'Aéroport de Guadeloupe lancent un concours pour gagner 2 billets d'avion pour Montréal et 2 billets d'avion pour New-York. Il suffisait de se prendre en photo devant une pancarte.


On va être très sincères : on a joué pour le fun, mais à aucun moment on s'imaginait qu'on allait gagner.


Sauf que si.


Début novembre, on a appris qu'on avait gagné.


(Oui je sais, pas ouf la photo pour une photographe... )


Complètement abasourdis (c'est la première fois que je gagne un tel concours), on a été contactés par l'Aéroport qui nous ont indiqué qu'on pouvait choisir de partir entre décembre en mars.


Nous qui n'avions pas du tout prévu de prendre des vacances sur cette période, je me suis très vite penché sur mon agenda, et une seule période était possible : mi janvier. Soit la période LA PLUS FROIDE de toute l'année.


Pas de problème, on aime les défis ! On pose nos dates, et nous voilà complètement surexcités en train d'organiser un voyage de fou en 45 jours.


SAUF QUE.


On avait un peu oublié ce petit truc qui nous gâche la vie depuis 2 ans... Le coronavirus !


A 3 semaines du départ, Air France nous informe qu'ils arrêtent leurs lignes directes Pointe-à-Pitre - Montréal à cause de la crise sanitaire entre le 10 et le 30 janvier. PILE SUR NOS DATES DE VOYAGE.


On sombre en dépression (aucune exagération). Non seulement nous ne pouvions pas partir sur une autre période, mais en plus nous avions déjà bloqué la plupart des réservations, et elles n'étaient pas remboursables. Nous avions aussi acheté pas mal de vêtements d'hiver (du vrai hiver), qu'on ne pouvait plus renvoyer. La catastrophe !


Mais c'était sans compter sur la gentillesse de notre contact chez Air France qui, face à notre désespoir, nous a proposé une solution : nous faire passer par Paris ! Alors, oui, on parle de 22 heures de voyage à l'aller ET au retour, mais les billets restent gratuits et ça nous permet de partir quand même ! On apprend qu'à cause de la situation sanitaire, tous les restaurants et les activités en intérieur sont fermés dans tout le Canada. Tant pis pour les poutines et les escape games, évidemment, on dit OUI quand même (mais on a vraiment eu mal pour l'empreinte carbone) !


LET'S GOOOOOOOOOO ! Nous voilà dans l'avion, un peu fatigués d'avance pour le long voyage qui nous attend, mais trop heureux de vivre cette expérience de dingue ! Je check mon téléphone une dernière fois avant le décollage... Et je tombe sur ça.

Je ne parle pas de la recette de la blanquette au saumon, mais bien de cette alerte de froid extrême qui nous attend à l'arrivée...


Je panique : "est-ce qu'on est assez équipés pour survivre à ça ?", "Mon manteau Decathlon ne va jamais tenir !", "Non mais y'a des gens qui meurent à cette température là !"


Il faut savoir que je n'ai jamais connu en dessous de -12°c, je n'imaginais pas du tout ce que ça pouvait faire de descendre encore de 40 degrés...


Julien me rassure ("on verra t'inquiètes" - merci) et après UN TRES LONG VOYAGE (Pointe-à-Pitre - Orly, Orly - Charles de Gaulle, Charles de Gaulle - Montréal), on finit par atterrir sur une piste complètement enneigée vers 18h.

(C'est pas la neige ça, ce sont des nuages hein. Mais je ne savais pas où mettre

cette photo sinon là).


Et là, c'est le drame (encore).


Notre valise n'arrive pas. Notre valise qui contient absolument TOUTES nos affaires, y compris les sous-vêtements thermiques, les pantalons de neige, les bottes de neige, les pulls... Et comme une m***e n'arrive jamais seule, nous sommes tirés au sort pour un test Covid à l'aéroport (alors qu'il en fallait déjà un pour prendre l'avion, même pour les personnes vaccinées). Et notre bus pour Québec (où nous attend notre 1er Airbnb) partait 1h plus tard du centre-ville de Montréal.


On se calme, et on agit ! On court faire notre réclamation de bagage manquant, on file vers le centre de test Covid, mais on se rend compte qu'on a vraiment aucune affaire, donc on re-court demander à Air France de nous donner un kit de survie (1 T shirt, une brosse à dent et 1 dentifrice... Pour deux), puis on revient au centre de test Covid (à l'autre bout de l'aéroport), on dépasse tout le monde en urgence (déso), le test est OK, on court jusqu'à la sortie pour trouver un taxi.


On est donc enfin dehors, il neige et il fait froid. Mais TELLEMENT moins froid que j'imaginais ! Enfin une bonne nouvelle : je vais survivre sans soucis dans ce pays.


On explique au taxi qu'on est hyper pressé, notre bus part dans 20min. Il nous répond "OK, je vais risquer ma vie mais vous serez à l'heure", et il tient parole. On a failli mourir 3 fois à 100 km/h sur des plaques de verglas MAIS on a eu notre bus.


Nous voici donc épuisés, haletants, sans valise, avec 2h de bus devant nous. Un voyage qui commence sur les chapeaux-de-roue !


On arrive finalement à Québec vers 23h, on marche dans une ville enneigée, vide, magnifique, jusqu'à notre logement. On se brosse les dents avec notre unique brosse à dent Air France (trop d'intimité) et... on dort.


Au réveil, on a relativisé. Et la glace sur nos fenêtres me vend du rêve !

On remet nos vêtements de la veille (pas le choix) et on part explorer Québec City sous la neige.

Tout était vide, mais tout était surtout magnifique ! On a pris des chocolats chauds pour se réchauffer en marchant, on s'est fait livrer de la poutine directement à notre Airbnb, et on a testé la patinoire à ciel ouvert dans la vielle ville : un échec sportif, mais un très chouette moment en amoureux.


DISCLAIMER :

Alors, pour info, il est déconseillé d'utiliser du matériel photo à des températures extrêmes, à moins d'avoir les protections nécessaires (introuvables et très chères). J'avais donc très peur d'abîmer mon outil de travail, ce qui explique qu'il y ait beaucoup moins de photos sur ce voyage que sur celui de 2019. Je sortais mon appareil photo 5min, le temps de prendre 10 photos, et je le rangeais au chaud dans mon sac. En plus, c'est très compliqué de prendre des photos avec des moufles, et il fait vite très très froid en sous-gants.


Après Québec, nous avons loué une chambre dans une auberge à proximité du Parc National Jacques Cartier, dans lequel on a fait 2 randonnées. On a à peine senti les -30 degrés sous ce ciel bleu éclatant. Mention spéciale à mon manteau Décathlon qui a été PAR-FAIT, et aux gourdes Qwetch qui sont incroyablement efficaces même à ces températures !


Et c'est dans cette auberge qu'on nous a enfin livré notre valise, avec 3 jours très compliqués et moulte achats d'urgence pour notre survie. OUUUF !

Après ces deux jours sportifs où on en a pris plein les yeux (et les jambes), on a rejoint notre tiny house au bord d'un lac gelé, et c'était MAGIQUE. Un vrai chalet hyper bien pensé où nous avons passé 3 jours de rêve.

Et le lendemain de notre première nuit, on s'est réveillés sous une tempête de neige, c'était magnifique (et un peu impressionnant) ! Bien sûr, on n'avait plus rien à manger, et il a fallu braver la tempête pour faire 4km de voiture jusqu'à la première épicerie qu'on a pu trouver : une aventure terrifiante ! Figurez-vous que quand il neige comme ça, on ne voit pas DU TOUT les limites des voies sur la route. On ne voit d'ailleurs pas grand chose. A NE PAS REPRODUIRE CHEZ VOUS.

Du coup, on a passé le reste de la journée au chaud, avec plein de chocolat, une fondue savoyarde et un jeu de société. Tout ça avec la neige qui tombait dehors... Une journée hors du temps que j'aimerais revivre 10000 fois !

Le voyage continue, avec à nouveau du sport : ballade en chiens de traineau !


On avait réservé pour 4h de ballade avec repas compris le midi. Une expérience incroyable, à glisser sur la neige, entourés de paysages magnifiques... Un peu risqué de prendre des photos, donc en voici une seule, pas très explicite, mais il faudra s'en contenter.

Ceci dit, tout ne s'est pas passé comme prévu. L'un des attelages n'avançait vraiment pas, donc la ballade a finalement duré 6h, et le repas de midi s'est fait dehors, dans la neige. Passer autant de temps dehors à -30°, sans bouger sur le traineau, ça a été VRAIMENT difficile. J'ai passé la dernière heure à me demander si je n'étais pas en train de perdre mes doigts de pieds, sans rien pouvoir faire à part attendre qu'on rentre.


Mon conseil : à faire, mais 2h suffiront !


On est rentrés dans notre nouveau chalet, sublime aussi, et Julien a fait un feu pour tenter de sauver mes pieds que je ne sentais plus depuis plusieurs heures...

Bad news : ça n'a rien changé. Le lendemain, je n'avais toujours plus de sensibilité à l'avant de mes pieds. Je ne me suis pas affolée parce que mes pieds ne changeaient pas de couleur, mais j'ai quand même fait beaucoup de recherches, jusqu'à comprendre qu'à cause du froid et de mes couches de chaussettes en coton (il ne faut pas faire ça, je ne savais pas), des nerfs ont été détruits dans l'avant de mes pieds. Rien de grave, mais ça met 3 mois à repousser, et en attendant j'aurais cette impression bizarre d'avoir constamment des fourmis sous le pieds, sans sentir quand je bouge mes orteils.


(Rassurez-vous, on est maintenant en avril, et j'ai retrouvé toute ma sensibilité depuis quelques semaines. Mais oui, le froid c'est dangereux, et il faut bien se renseigner avant pour éviter ce genre de problème.)


Bref, après une journée à patiner dans une forêt enchantée (mais je n'ai pas de photo, j'étais trop occupée à essayer de ne pas tomber), on a quitté notre dernier chalet pour aller (re)visiter le Parc Oméga, ce parc animalier que l'on parcourt en voiture (et un peu à pieds aussi) et où les animaux sont en semi-liberté. On avait adoré cet endroit en 2019, on voulait absolument le refaire en hiver, même si ça signifiait forcément moins d'animaux à voir (les ours hibernent par exemple).

Nous avons fini notre voyage par Montréal, que nous avons trouvée un peu triste cette fois, avec ses rues vides et ses restaurants fermés... Certaines boutiques du quartier touristique ont fait faillite à cause de la crise sanitaire, et on sent que l'ambiance est lourde.


En plus, c'était vraiment compliqué de manger dehors par -20° (oui, ça se réchauffe) parce que tous les restaurants sont fermés. Heureusement, on a profité des magasins et des musées pour allier plaisir et chauffage !

Et voilàààà, nous sommes rentrés (en passant par Paris, où il y a eu une alerte à la bombe à notre étage de l'aéroport et où on a dû refaire un test Covid parce que celui fait à Montréal avant de partir n'était valable que 24h et que le voyage était plus long...) !


Même si nous avons eu quelques galères, ce voyage reste un souvenir extraordinaire pour nous deux ! Ressourçant, apaisant... Un séjour unique dans un pays qui reste notre préféré (et dans lequel on a déjà prévu de revenir... Bientôt !)


N'hésitez pas à me laisser un commentaire si vous souhaitez des conseils, ou tout simplement pour me dire ce que vous avez pensé de ce récit !


Et si vous avez aimé, je vous remets le lien vers celui de 2019.


A très vite pour d'autres clics !




Posts récents

Voir tout